The new CWHC website is currently being modified to display properly on mobile devices. In the meantime, please use a laptop or tablet if you cannot access the information you require.Le nouveau site Web du RCSF est actuellement en cours de modification afin de permettre un affichage sur appareils mobiles. D'ici là, veuillez utiliser un ordinateur portable ou une tablette si les informations requises ne sont pas visibles.
EN - FR
REPORT & SUBMITRAPPORTS ET SOUMISSIONS SURVEILLANCE & RESPONSESURVEILLANCE ET RÉPONSE REPORTSRAPPORTS PUBLICATIONS ABOUT USÀ PROPOS DE NOUS REGIONSRÉGIONS

CANINE DISTEMPERDISTEMPER CANIN

Background

Canine distemper is caused by infection with the Canine morbillivirus. Distemper is a highly contagious pathogen that can be readily transmitted in contaminated aerosols through sneezing and coughing. The virus can also be transmitted through contaminated food, water, dishes or other equipment. Transmission from infected females to developing offspring during pregnancy is also possible. In North America the virus causes disease in domestic and wild dog species, coyotes, foxes, wolves, ferrets, skunks, raccoons, species of large wild cats, and pinnipeds. Domestic cats can also contract the virus, however, infection appears to be mostly asymptomatic. There is no cure for canine distemper and the disease has a 50% mortality rate in infected individuals and the disease tends to infect young of the year wildlife that lack immunity. Distemper also tends to occur in outbreaks or epidemics causing short term population declines but do not appear to effect populations in the long term. Wild carnivores are particularly susceptible to canine distemper and it can have a devastating impact on species at risk.

CONTEXTE

Le distemper canin est causé par une infection au morbillivirus canin. Il s’agit d’une maladie hautement contagieuse qui peut facilement être transmise par l’excrétion d’aérosols contaminés lors d’éternuements ou de toux. Le virus peut aussi être transmis par les aliments, l’eau, la vaisselle, tout autre équipement contaminés ou encore par une femelle à ses fœtus pendant la gestation. En Amérique du Nord, le virus provoque des maladies chez les espèces de chiens domestiques et sauvages, le coyote, le renard, le loup, le furet, la moufette, le raton-laveur et aussi chez les espèces de gros chats sauvages et les pinnipèdes. Les chats domestiques peuvent aussi contracter le virus. L’infection est toutefois pratiquement asymptomatique chez ces animaux. Il n’existe aucune cure pour le distemper canin; le taux de mortalité s’élève à 50 % chez les animaux infectés. Dans le cas des animaux sauvages, on observe une vulnérabilité à l’infection chez les petits de l’année qui manquent d’immunité. Le distemper a tendance à se manifester sous forme d’épidémies qui causent un déclin à court terme des populations. Il semble toutefois que ces épidémies n’aient pas d’effet à long terme sur les populations. Les carnivores sauvages sont particulièrement vulnérables au distemper canin. Cette maladie peut avoir un impact dévastateur chez les espèces à risque.

WHAT THE CWHC IS DOING

The CWHC conducts scanning surveillance for canine distemper across Canada. Although the virus potentially exists in natural populations across Canada, the majority of wildlife cases that have tested positive by the CWHC are from Ontario and Quebec. Current research also suggests that co-infections with rabies and distemper commonly occur in wildlife. The reason for this and any links between these infections is, however, not yet understood. Surveillance efforts are, therefore, important not only to informing instances and regions of outbreaks but is also vital to our understanding of co-infections of rabies and distemper.

NOTRE CONTRIBUTION

Le RCSF effectue une surveillance par balayage du distemper canin au Canada. Bien que le virus soit potentiellement présent chez les animaux sauvages en liberté partout au Canada, la majorité des résultats positifs aux tests effectués par le RCSF ont été observés chez des animaux sauvages provenant de l’Ontario et du Québec. À la lumière de la recherche actuelle, il semble qu’on observe communément des coinfections rage–distemper chez les animaux sauvages. On ne comprend pas encore les causes de ces coinfections ni les liens qui existent entre elles. Les efforts de surveillance demeurent importants, non seulement pour informer les instances responsables et les régions en cas d’épidémies, mais aussi pour mieux comprendre les coinfections rage–distemper.